Comment une mafia qui gravite autour de Hinda Trabelsi dilapide les revenus pétroliers avec la complicité d’un cabinet camerounais, le CAC. Publié le 13 nov, 2012

535 lectures


TOL PRESSE DU MERCREDI 14 NOVEMBRE 2012 – Publié le : 14 novembre 2012 à 06 h 13 min

A l’instar de tous les pays de la zone CEMAC, le Tchad s’est doté d’une Agence Nationale d’investigation Financière (ANIF), un dispositif important de lutte contre le blanchiment des capitaux et Ie financement du terrorisme . Deby nomma à la tête de cette institution un jeune nommé Idriss Annour.
Alors ce jeune, comme le faisait l’ANS, s’est mis tout azimut à fouiner dans tous les banques sur tous les comptes de transfert de bon nombre de tchadiens. Il transmettait régulièrement ses informations à Deby, créant au passage une forte jalousie avec les services de l’ANS. Une concurrence macabre, une course de premier qui ne dit pas son nom – pour qui transmettrait le plus de relevés de comptes bancaires et de transferts à Deby. Au passage, on relèvera qu’il n’y a aucun secret bancaire au Tchad. On comprendra également pourquoi certains de l’Itnoland sont allés jusqu’à enterrer leur milliard dans les caves de leurs villas !!
Le jeune directeur général, le zèle aidant, et surtout pour plaire à son grand chef, s’est mis à regarder de plus près, en particulier les mouvements massifs en milliards f CFA dans tous les sens effectués par Hinda, ses protégés et les rejetons de la famille de celle-ci. Mais le jeune directeur général a tout simplement oublié que derrière Hinda, il y a Deby !
Au passage, on ne manquera pas de rappeler les valises des billets d’euros et de dollars US trimballés par le jeune trésorier général et beau fils du despote et saisis à l’aéroport de Dubaï et qu’il a fallu l’intervention du Ministre des affaires étrangères du Tchad pour le sortir du pétrin.
Chez les Deby et Hinda, il n’y a pas de limite : ils puisent, puisent et continuent à puiser dans la caisse commune. L’argent du pays c’est pour eux. Alors Deby et Hinda et leurs progénitures et familles se sont rués sur les revenus pétroliers, car ils ont découvert que pour mettre la main sur des gros jackpots, il faut saliver du coté du pétrole.
Pour mettre main basse complète sur les revenus pétroliers, Hinda Trabelsi, le tonneau de danaïde national, concocta un schéma qui n’a rien à envier aux pratiques mafieuses en vigueur dans les pays développés : le recours à des sociétés écran. Hinda fit donc appel au cabinet CAC; un célèbre cabinet camerounais connu pour ses activités mafieuses et de corruption tout azimut. Ce cabinet a été d’abord introduit dans le dossier pétrole du Tchad par un certain nombre de responsables dont les plus connus sont l’actuel directeur général de la SHT le nommé Kasser, le conseiller au pétrole de Deby, un certain Abdelkerim, l’ex directeur général de la SHT, Ahmat Acyl, frère de Hinda. Et les différents ministres du pétrole de passage furtive au gré des humeurs du couple et à qui le cabinet leur jetait quelques miettes pour le besoin de signature de certains documents. Mais plus tard, Hinda avec la bénédiction de son mari de président, récupéra le Cabinet pour lui confier toute l’activité commerciale pétrolière : la vente de la part du Tchad du brut de Doba, les nombreux permis bazardés aux différentes compagnies pétrolières, dont certaines sont purement et simplement fictives, etc., sont les quelques activités connues du cabinet camerounais. Le cabinet CAC s’est même permis dans le cadre des accords signés avec le Tchad d’introduire une clause où 8% des royalties lui reviennent !! Mais pourquoi ? Et comment ? Allez y le savoir ! Selon des sources fiables ces 8% des royalties sont directement virés par les compagnies en question dans des comptes ouverts à Monaco.
Bon nombre de ceux des responsables impliqués dans le dossier « Pétrole », sont les véritables complices de ce cabinet et en tirent des gros profits sous la protection de Hinda Trabelsi. Gare à celui qui osera soulever le petit doigt, il ramassera de facto la colère de Deby. L’enrichissement illicite est devenu le sport favori de certains hauts placés, alors il n’y a aucune limite. Comme les valises bourrées des billets de banque ne passent plus inaperçues et les transferts bancaires sont des secrets de polichinelle, désormais c’est le CAC, le Cabinet camerounais qui se charge de transférer les colossales sommes détournées par Hinda Trabelsi, ses parents, ses protégés et quelques enfants de Deby vers les paradis fiscaux européens et d’orient.
Le fameux Idriss Annour, le DG de l’ANIF, pensant bien faire son boulot, est allé agiter la grosse fourmilière. Il tomba nez à nez sur le cabinet CAC. Il a voulu prendre quelques mesures conservatoires, en particulier empêcher un des responsables de CAC de voyager. CAC appuya sur le gros bouton et le petit Idriss Annour ramassa de plein fouet la colère de l’Itnoland : rétrogradé au rang de simple soldat de 2ème classe, il sera demis de ses fonctions et très probablement « affecté » à Moussoro ou Koro Toro.
Le fameux cabinet camerounais peut donc continuer tranquillement à brasser des milliards à son profit et au profit de la couleuvre mafieuse qui gravite autour de Hinda sous l’œil vigilant et protecteur de Deby. Entre temps Les travailleurs tchadiens peuvent continuer à tirer le diable par la queue.
Correspondance Particulière – N’Djamena.
TCHADACTUEL

Web Analytics