« Le plus mauvais » article de Tchadactuel.com

282 lectures


TOL PRESSE DU MERCREDI 30 JANVIER 2013 – Publié le : 30 JANVIER 2013 à 00 h 46
ACHEIK IBNI OUMAR
A la lecture de l’article de Tchadactuel.com intitulé « Le nouveau PM de Deby – le plus mauvais ! », je me permets de réagir, non pas en exercice du droit à l’expression, ni par désir d’animer le débat, ce dont je me serais passé, mais plutôt par devoir. Devoir moral et devoir national.
Je pense que les idées qui irriguent cet article sont moralement discutables, et, plus grave encore, très dangereuses sur le plan national.
D’un point de vue technique, l’article n’est pas « mauvais » à proprement parler. En tant qu’exercice de style, il est bien écrit, dans la forme, et cohérent dans l’agencement des idées. Et, en le caractérisant de « mauvais », pour rependre son propre titre, je pensais plutôt au soubassement idéologique et surtout aux implications politiques.
Avec une désinvolture qui frise l’inconscience, il joue avec les allumettes du clivage Nord/Sud, dans ce garage imbibé d’essence qu’est encore la société tchadienne.
Si l’article avait été signé individuellement, on l’aurait mis dans la catégorie de ces nombreux –trop nombreux- écrits irresponsables qui inondent la blogosphère tchadienne ; mais comme il est signé « La Rédaction », il est sensé engager collectivement l’équipe, en refléter la ligne éditoriale et, au-delà, traduire l’état d’esprit du courant politique dont l’opinion pense généralement que Tchadactuel.com est l’organe officieux.
Lisant et relisant l’article, je ne suis pas arrivé à me débarrasser de l’idée qu’il ne s’agit pas tant d’une attaque contre la personne du nouveau Premier ministre (qui en elle-même n’a pas grande importance dans un système de type patrimonial qui sévit au Tchad), que d’un attaque contre une catégorie de « cadres sudistes ».
De fait, on n’apprend rien sur le nouveau Premier ministre, quant à ses capacités et ses compétences, le bilan de son travail à la tête des départements ministériels par lui occupés, et autres éléments d’appréciation significatifs chez celui qui est théoriquement le second personnage de l’Exécutif tchadien.
«Il est corrompu ; il a une haine contre les Nordistes ; il a une tête de gardien de cimetière». C’est en résumé le message principal.
Qu’il soit corrompu, c’est très probable ; qu’il soit « haineux » envers les Nordistes, c’est bien possible. Cela serait somme toute assez banal dans ce système basé sur la course à l’enrichissement et la cynique manipulation des haines communautaires et individuelles.
Mais ce qui transparaît de ce papier de la Rédaction de Tchadactuel.com, c’est que ce n’est pas la vénalité et l’esprit divisionniste de l’intéressé en eux-mêmes qui sont visés, mais le lien qu’on essaie d’établir insidieusement entre ces traits négatifs d’une part, et l’origine sudiste et la formation chrétienne du nouveau Premier ministre, d’autre part.
C’est une attaque contre un rouage du système en apparence, « un vieux garçon de courses », mais en substance, le lecteur ne peut s’empêcher d’y voir une attaque anti-Sud et anti-Eglise.
Il est vraiment perturbant de lire des phrases comme : « … (il) est le prototype des cadres du Sud élevés dans le sillage de l’église et qui voue une haine viscérale vis-à-vis de ses compatriotes du Nord »
C’est-à-dire que non seulement, l’article affirme que l’Eglise chrétienne enseignerait aux « cadres sudistes » la « haine des Nordistes », mais parmi ceux-là, il y a une catégorie de gens assez faibles pour se laisser endoctriner.
C’est très injuste envers l’Eglise, dont les enseignements ne doivent pas être confondus avec les éventuels mauvais comportements de certains chrétiens ; pas plus qu’il ne faudrait confondre la foi islamique avec les agissements autrement plus barbares de certains groupes qui s’en réclament.
L’auteur, involontairement, s’affiche ainsi comme nordiste et musulman, et donc, les esprits irrités seraient en droit de lui appliquer la même analyse, par la méthode de l’arroseur arrosé, et en déduire qu’il est lui-même « le prototype des cadres du Nord élevés dans le sillage de la Mosquée et qui vouent une haine viscérale vis-à-vis de ses compatriotes du Sud » !
Ce genre de préjugé résumé par le leitmotiv « ils nous haïssent », est souvent le ferment des méfiances inter-communautaires  qui débouchent sur la haine réciproque : les uns se disent :« ils nous haïssent, donc nous devons les haïr », les autres se disent : « ils disent que nous les haïssons, alors que ce n’est pas vrai, donc ils sont malfaisants, donc nous devons les haïr », ainsi de suite … On n’a pas besoin d’aller chercher hors du Tchad, des précédents historiques, pour affirmer que ce genre de préjugé circulaire et auto-entretenu débouche à terme sur la guerre civile.
Dans un pays qui a connu la terrible déchirure de février 79, qui fait encore « saigner la mémoire », nous n’avons pas le droit, je le répète, de jouer avec les allumettes.
Corrompu, ou pas, le nouveau PM est le serviteur d’un système basé sur la corruption, et politiquement, c’est cela l’essentiel. Mais ce n’est pas sa vénalité qui lui est reprochée mais plutôt sa prétention, partagée avec d’autres cadres sudistes, à égaler les Nordistes (« la corruption comme un élan d’égalité avec les nordistes »)???
L’autre tare reprochée au nouveau Premier ministre c’est « un air lugubre ressemblant à un mauvais gardien de cimetière ». C’est-à-dire qu’il a un visage sinistre.
Les attaques sur l’apparence physique d’une personne quelle qu’elle soit, n’élève pas celui qui les profère. Tout être humain, qu’il soit un ami politique ou un adversaire, a droit à un minimum de respect de son intégrité physique, sa vie familiale et son affiliation ethnique ou confessionnelle.
Je sais que cette règle déontologique élémentaire est allègrement violée tous les jours sur les sites et blogs tchadiens, à tel point que les insultes, les qualificatifs vulgaires, les attaques personnelles, les accusations non vérifiées, les références malsaines aux origines familiales, ethniques, régionales et confessionnelles, sont considérées par beaucoup comme un signe de détermination dans l’engagement, et une arme légitime, du moment qu’elle vise à discréditer l’adversaire.
Est- ce une raison pour que TchadActuel.com, considéré par beaucoup d’observateurs comme un site sérieux dans ses analyses et fiable dans ses informations, cède à son tour à cette dangereuse facilité ?
La dénonciation d’un régime, fût-il aussi corrompu et divisionniste que celui du MPS, dans une forme d’expression qui fait fi de toute retenue (suivant le vieux principe « tous les moyens sont bons »), usant et abusant de la personnalisation et de la tribalisation, est maladroite, contre-productive et dangereuse.
Cet excès de passion et d’acharnement contre les individus, discrédite l’ensemble de l’opposition, et par contrecoup, renforce le régime. Lorsque s’y ajoute le maniement imprudent des préjugés ethno-confessionnels, cela risque d’avoir des conséquences démesurées sur la difficile tâche de construction nationale.
Enfin, j’en appelle à tous ceux qui aspirent à un changement démocratique au Tchad, à la prudence, la modération et la retenue.
Et si par hasard, je suis moi-même tombé, ici, dans ces travers que je prétends dénoncer, eh bien ce serait la preuve que le devoir de remise en cause de nos méthodes s’impose vraiment à tous, sans exception.
Auteur : Acheikh Ibn-Oumar, 29/01/2013/TCHADACTUEL

Web Analytics