Nagoum Yamassoum n’ira pas en Afrique du Sud

522 lectures


TOL presse du dimanche 20 octobre 2013–Publié le : 20 octobre à 04 h 05 min
19 octobre 2013 Par
NAGOUM YAMASSOUM - PHOTO TCHADONLINE.NET--10-09-2012 02-33-40 - Copie
L’ancien Premier ministre, titulaire d’un doctorat en sciences politiques de l’Université de Bordeaux (France), vient d’être nommé à la tête du Conseil constitutionnel. Il remplace à ce poste l’indéboulonnable Houdeingar David, un ancien collègue de l’Université de N’Djamena, tête pensante du régime MPS qui préfère la discrétion au tohu-bohu médiatique des tonneaux vides qui sillonnent l’Afrique et l’Europe sans générer la moindre valeur ajoutée à la politique du régime.
Nagoum Yamassoum (NY) au Conseil constitutionnel, c’est beaucoup mieux que l’Afrique du Sud où le Sultan Idriss Déby a décidé de l’y envoyer au début du mois d’août 2013, en tant qu’ambassadeur en remplacement du mafieux  Mahamoud Adam Béchir, éclaboussé par les révélations sur l’affaire Griffith Energy.
Cette nomination en qualité d’ambassadeur avait d’ailleurs étonné les observateurs de la scène politique d’autant plus que NY a été Premier ministre de 1999 à 2002. Il n’est pas dans la tradition politique qu’un ancien chef de gouvernement soit réduit à exercer en tant que Diplomate, de surcroît s’il a déjà occupé le poste de ministre des Affaires étrangères.
Son Excellence Mahamoud Adam Béchir, démis de ses fonctions depuis le mois de février 2013,  continuera donc à jouir des avantages liés aux fonctions d’Ambassadeur en Afrique du Sud tant que le Président Idriss Déby n’aura pas décidé de nommer un nouvel Ambassadeur en lieu et place de Nagoum Yamassoum, lequel n’aurait jamais occupé ses fonctions de plénipotentiaire.
Tchadoscopie

Web Analytics