RCA : le Premier ministre condamne les violences du Séléka – ECOUTER

115 lectures

TOL PRESSE DU MERCREDI 30 JANVIER 2013 – Publié le : 30 JANVIER 2013 à 00 h 14
mardi, janvier 29, 2013
Nicolas Tiangaye.1
Le Premier ministre Nicolas Tiangaye (à dr.) écoute un leader politique lors d’une cérémonie à Bangui (17 jan. 2013)
VOA - Nicolas Tiangaye a, par ailleurs, déclaré à la presse que plusieurs entités ont proposé des noms pour le nouveau gouvernement.
En République centrafricaine, le Premier ministre du gouvernement d’Union nationale, Nicolas Tiangaye, a condamné les actes de violence présumés des éléments incontrôlés de la coalition Séléka, qui ont investi la semaine dernière les villes de Kembé et  Dimbi. Il s’est prononcé lors d’une conférence de presse, vendredi matin, à Bangui.
Auparavant, M. Tiangaye avait dit à la Voix de l’Amérique qu’il « regrette ces exactions, qui sont d’ailleurs reconnues par la coalition Séléka qui se propose de sanctionner les auteurs ». Il affirme ne pas croire que cela aura des incidences majeures sur le processus de réconciliation nationale et de pacification du pays.
Le Premier ministre centraficain a aussi déclaré, vendredi, que plusieurs entités lui ont fait des propositions concernant la composition du nouveau gouvernement.
J’attends encore la liste de la majorité présidentielle…
Nicolas Tiangaye
Le reportage de notre correspondant José Richard Pouambi

Par ailleurs, le Conseil de sécurité de l’Onu a adopté, le jeudi 24 janvier, une résolution prolongeant d’un an le mandat du Bureau Intégré des Nations Unies pour la Consolidation de la paix en République centrafricaine, le BINUCA.
En application des accords de paix de Libreville, le président centrafricain François Bozizé a nommé un nouveau Premier ministre proposé par l’opposition.  Cependant des poches de troubles subsistent, certains rebelles de la Coalition Séléka continuant d’occuper certaines localités du pays.
Pour une réaction à la prolongation du mandat du BINUCA, Timothée Donangmaye a joint à New York l’ambassadeur de la République centrafricaine à l’ONU.
Charles Armel Doubane au micro de Timothée Donangmaye